Pages

samedi 17 juin 2017

No pain, no gain ?





No pain, no gain ?




       Un slogan qui revient souvent dans le monde du sport et du fitness est ce « No pain, no gain » (Pas de douleur, pas de gain). Dans la salle de sport que je fréquente, je vois régulièrement de jeunes gars au physique athlétique arborer un t-shirt tout imprégné de sueur, sur lequel figure cette formule doloriste. J'avoue que ce principe me met mal à l'aise. Je ne suis pas certain que la douleur soit la meilleure voie dans le progrès sportif. Et je vais essayer d'expliquer pourquoi dans ce petit article. Bien sûr, tout dépend comment on comprend la formule « No pain, no gain ». Si on veut dire par là qu'il faut faire des efforts pour progresser, alors bien sûr, pas de problème : il faut effectivement fournir des efforts pour s'améliorer ! C'est une évidence. Comme dans l'expression française « se donner de la peine », le mot anglais « pain » et le mot « français » ayant la même étymologie. Mais la plupart du temps, c'est bien dans la dimension d'endurer toutes sortes de douleurs physiques que les sportifs et plus particulièrement parmi eux, les adeptes de la musculation comprennent en général cette formule. De la même façon que l'on peut dire aux femmes, « il faut souffrir pour être belle », beaucoup d'adeptes du fitness pensent qu'ils faut souffrir pour se tailler une carrure athlétique et des muscles bien proéminents.










     Je ne suis vraiment pas certain que s'infliger de la douleur soit la meilleure façon d'entretenir une bonne relation au corps. Personnellement, je pense qu'il est essentiel d'avoir un rapport de douceur et de rechercher le bien-être et l'harmonie pour ce corps. Cela ne veut pas dire qu'il faille rester étalé sur son divan de la journée de peur de brusquer le corps. Le corps a besoin d'exercice physique, de bouger pour être heureux et en forme. La mollesse est peut-être une autre forme de manque de douceur envers le corps.


      À l'inverse, brusquer son corps en portant des charges trop lourdes ou en soumettant le corps à des rythmes d'entraînement effréné peut amener des résultats à courts termes ; mais sur le long terme, cela crée des tensions qui vont s'accumuler dans le corps et qui feront du sport un calvaire pour le corps. Il y a aussi un risque accru d'accident pour les adeptes du « no pain, no gain », froisser un muscle ou se faire une entorse par exemple. Et pendant tout le temps où notre sportif est blessé, il ne peut pas s'entraîner. Ce qui, avouons-le, n'est pas très efficace... On a souvent plusieurs semaines d'arrêt forcé quand cela se produit.

      Et même si on ne se blesse pas au point d'être en incapacité, on s'inflige des micro-blessures qui, prises individuellement, ne sont pas significatives, mais répétées encore et encore risquent bien de fragiliser le corps. Des séances trop poussées d'entraînement vont aussi provoquer des courbatures qui peuvent se prolonger plusieurs jours, signe qu'on pousse le corps trop brutalement hors de ses limites. Sur le court terme, je le répète, cela peut s'avérer profitable, mais sur le long terme, le corps risque de se venger et nous le faire payer cher....

         J'ai souvent entendu l'histoire de sportifs de haut niveau qui, après leur retraite du monde de la compétition, avaient des dépressions sévères et tombaient dans la drogue et l'alcool. Un ancien joueur de l'équipe de France avait eu le problème ; on pourrait citer aussi le coureur cycliste italien, Marco Pantani, mort d'une overdose de cocaïne. Un ami expliquait cette tendance malheureuse par le fait que le corps pendant l'effort sportif produit des quantités importantes d'endorphine, une substance chimiquement proches des opiacés comme la morphine ou l'héroïne. Une fois qu'ils arrêtent le sport à hautes doses, ces sportifs ne produisent plus d'endorphines et ont besoin de drogues pour compenser. Mais la question est en fait : même s'ils ont arrêté la compétition, pourquoi ont-ils arrêté le sport ? Rien n'interdit un footballeur de continuer à taper dans un ballon avec ses potes même il a remisé le maillot de son équipe de prestige ; rien n'empêche un coureur cycliste d'avaler les kilomètres de bitume, même si ce n'est pas pour faire le tour de France ! En fait, ces sportifs arrêtent le sport simplement parce que le sport était une chose douloureuse pour eux, et certainement pas un plaisir. Tant qu'ils avaient la motivation d'obtenir des « gains » notables comme la victoire, la réussite, le prestige, la réputation et des sommes considérables d'argent, ils supportent avec pugnacité de la douleur. Mais une fois arrivé à la retraite, ces motivations s'estompent, et comme le sport n'est que douleur, ils perdent tout attrait pour la pratique sportive, avec les effets psychologiques délétères que cela suppose.














*****







      Voilà donc les raisons pour lesquelles je pense que la mentalité du « no pain, no gain » est problématique. Mais que faut-il faire dès lors ? Je pense que, dans la pratique du sport, il ne faut pas perdre de vue la question du plaisir et du bien-être. On pratique le sport pour être mieux dans sa peau, pas pour être le plus fort ou le plus musclé. Cet idéal de compétition est nocif. C'est très bien de vouloir se dépasser soi-même, mais vouloir à tout prix être meilleur que les autres est une mauvaise idée. Cet idéal de compétition se fonde sur la propension de notre ego à se comparer aux autres ; mais la sagesse nous dit qu'on ne gagne rien à faire cela. La compétition nous pousse à se faire du mal, et cela contribue à créer « une guerre de tous contre chacun ». Tout le monde se retrouve isolé dans cet affrontement et rivalité permanente. Ne regarder pas les muscles ou les prouesses de votre voisin. Faites du sport pour votre propre accomplissement. Un esprit sain dans un corps sain, certes. Mais l'inverse est tout aussi vrai et fondamental : un corps sain dans un esprit sain. Et cet esprit sain suppose de la bienveillance à l'égard des autres, pas de la jalousie ou du mépris selon qu'on se trouve en présence d'un athlète accompli ou d'un gringalet...

        Ce n'est certes pas facile parce qu'on vit dans une société qui met constamment en valeur la compétition et la concurrence. Il suffit de voir à quel point nous sommes bombardés de publicités mettant en scène des sportifs célèbres, à quel point la presse discute à longueur de temps des différents résultats sportifs. Tout cela contribue une idéologie qui nous conditionne à nous comparer en permanence à notre voisin sur tous les sujets (pas seulement les prouesses sportives, mais aussi la réussite sociale, l'argent, la marque de nos vêtements ou la marque de notre voiture...). Au fond, le « no pain, no gain » a aussi une dimension sociétale et politique quand on voit comment on met les individus, les travailleurs en concurrence les uns contre les autres. Au travail, on doit se donner du mal et on doit aussi faire du mal aux autres, faire des vacheries comme descendre en flamme un collègue juste par intérêt stratégique ou licencier du personnel juste pour faire plaisir aux actionnaires de la boîte... Cela demanderait une réflexion plus globale...














        Mais pour revenir à la seule dimension sportive, je pense qu'il est important de garder à l'esprit la nécessité de l'effort en perspective avec la question du plaisir et du bien-être. Vous faites un jogging, un tour en vélo ou une séance de musculation, cela demande un effort, vous transpirez à grosse goutte ; mais il doit y avoir un plaisir à accomplir cet effort, et après on est sur un petit nuage quand on prend sa douche ! Cela demande de garder une conscience aiguë de ce qui se passe dans notre corps. Il ne faut pas pousser le corps hors de ses limites. Pour cela, pratiquer l'attention au corps dans le cadre de la méditation de pleine conscience est quelque chose d'utile pour accroître sa conscience du corps et mieux sentir les signaux que nous envoie le corps.


       Il faut éviter aussi les pièges de l'ego qui nous pousse à adopter une cadence trop élevée ou des poids trop lourd pour notre constitution actuelle. On n'est pas obligé de soulever les haltères les plus lourdes parce que cela flatte notre ego de savoir arracher de tels poids à la gravité ! En étant plus humble et en s'exerçant avec des haltères plus légères, on peut souvent aller plus loin dans l'entraînement. Les résultats seront peut-être plus lents à se manifester, mais conserver ce plaisir et ce bien-être à faire du sport est en soi une motivation essentielle pour continuer cette pratique sportive et progresser. On ne persévère pas dans le sport et le fitness parce qu'on a de plus gros muscles, mais parce que cela nous réjouit de faire du sport et que cela nous procure du bien-être.  






















Voir toutes les citations du "Reflet de la Lune" ici.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire