Pages

mercredi 25 mars 2020

Restez chez vous, mais si vous sortez, sortez masqué !




Vous avez entendu ce slogan mille fois : « Restez chez vous ». Et c'est vrai, le confinement des populations est une bonne chose pour limiter la propagation du coronavirus. Mais si vous devez sortir pour faire les courses ou pour travailler, sortez masqué ! Sortez ganté ! Ce slogan, on l'entend moins malheureusement que le « restez chez vous ». Le masque et les gants sont pourtant un confinement de la bouche et un confinement des mains qu'il serait bon d'appliquer pour diminuer et enrayer la vitesse de contamination du covid-19.


J'ai créé il y a deux jours une page facebook qui s'intitule justement « Sortez masqué », et donc le but justement est d'encourager au port de ce masque, d'informer sur cette problématique et à terme de faire pression sur les hommes et femmes politiques qui nous gouvernent pour améliorer la situation. Que les autorités sanitaires et politiques arrêtent de jeter le discrédit sur le port du masque, qu'ils achètent ces masques et les fabriquent le plus rapidement possible. Qu'ils en donnent aux plus démunis.


Sur cette page, j'ai toutes sortes de réactions, la plus courante est de me dire qu'il est impossible de se fournir en masque dans les pharmacies et ailleurs. C'est vrai, il y a une pénurie grave de masques à l'heure actuelle, et il faut dénoncer cette pénurie comme une inconséquence criminelle des autorités politiques, notamment du ministère de la santé. S'il n'y a pas de masques pour tout le monde, c'est une honte, un scandale; et les citoyens doivent faire cette revendication au gouvernement d'acheter ou de fabriquer des masques par millions. Le problème, c'est que les choses bougent trop lentement, parce que le gouvernement ne veut pas que cela bouge, ou n'est pas assez volontariste pour faire bouger les lignes... Ce n'est pas une fatalité s'il n'y a pas assez de masque pour tout le monde!


Une internaute m'a écrit : « Porter masque et gants, ce sont là des conseils qui ne tiennent pas la route. Arrêtez de dire "sortez masqués", on sait tous qu'il n'y a pas de masques pour nous... C'est remuer le couteau dans la plaie ». Ce qui serait remuer le couteau dans la plaie, c'est assister impuissant à l'inaction des politiciens et des gouvernants. Il faut mettre la pression sur eux pour que des mesures efficaces soient prises. Plus on assiste passivement à cette pandémie en spectateur désabusé, plus les morts s'accumuleront dans les morgues. Il faut mobiliser les forces industrielles du pays pour produire les masques chirurgicaux ainsi que les masques ffp2 et ffp3, et ne pas dépendre constamment des Chinois et des autres pays qui, parfois, rackettent le stock d'autres pays.


Dans un article du 4 mars sur le site Medi-sphère, on peut lire que le secteur textile belge ne sent pas prêt du tout à faire des masques chirurgicaux : « Il est quasi impossible de produire à court terme en Belgique des masques médicaux, a-t-on répliqué du côté de Centexbel, le centre scientifique et technique pour l'industrie textile belge. La Belgique ne dispose en effet pas des matières premières ni actuellement des équipements. "Cela nécessite des machines spécialement conçues. Il n'y pas l'infrastructure ici", explique Marc Croes ». 


Il me semblerait judicieux d'interroger cette impossibilité : ne serait-il possible de mettre un grand nombre d'experts et d'ingénieurs pour produire ou se procurer les machines et les matières premières en question. Je ne suis pas du tout un spécialiste du secteur textile, je n'y connais même rien, mais peut-être qu'une bonne dose de volontarisme peut changer les choses. Et on en est réduit à attendre les colis de masques en provenance de Chine, peut-être les gouvernants devraient-ils se mettre à produire des masques en tissus à un niveau industriel. Ces masques sont moins efficaces que des masques chirurgicaux, mais ils sont moins inutiles que ce qu'on veut bien nous raconter.


Un autre argument qui me revient est  : « Les masques, cela ne sert à rien pour celui qui n'est pas infecté ». La propagande qui a raconté des semaines que les masques ne servent à rien uniquement parce que les gouvernements imprévoyants et inconséquents sont en pénurie de masques laissent malheureusement des traces. À cela, je répondrai deux choses :


1°) Sans faire de tests, vous ne pouvez pas savoir si vous êtes infecté ou non. Dans le doute, pour prémunir les autres, je vous recommande de porter un masque chirurgical, un masque artisanal, un foulard ou une écharpe ainsi que des gants (selon ce dont vous disposez). En outre, avoir un résultat négatif à un test prouve juste que vous n'avez pas la maladie covid-19 à l'instant t, rien ne vous dit qu'en faisant la file pour passer le test, le gars devant ou derrière vous ne vous a pas éternué tous ses petits coronavirus à la figure et que vous êtes maintenant contaminé.


2°) Il y a des études scientifiques qui attestent d'une efficacité relative (pas totale, mais réelle) des masques chirurgicaux et des masques en tissus pour se prémunir soi-même de la contagion. Je mets le lien de ces études en description.


Pour terminer, deux précisions importantes : a) politiquement, je demande des masques POUR TOUT LE MONDE, mais j'admets parfaitement que la priorité est de les délivrer d'abord pour les malades et le personnel soignant. Ensuite aux personnes âgées et à risque (qui ont un problème cardiaque, des problèmes respiratoires, etc...). Ensuite aux personnes qui travaillent et s'exposent à fréquenter d'autres qui peuvent les contaminer comme des caissiers et caissières au supermarché, des policiers, des livreurs, etc... Mais on ne doit pas perdre de vue la volonté politique de fournir ces masques à tout le monde.


b) Porter un masque et des gants ne vous dispense aucunement des autres moyens de lutte contre la propagation du coronavirus : garder ses distances les uns avec les autres, se laver les mains très régulièrement, nettoyer les surfaces de contact que des mains pourraient toucher, rester le plus soi chez soi confiné, tousser et éternuer dans le coude ou dans un mouchoir réutilisable, etc...




Frédéric Leblanc,
le 25 mars 2020.



PS : N'hésitez pas à vous rendre sur la page « Sortez masqué », à la liker, à en partager ses contenus et à les commenter ! N'hésitez pas à faire connaître cette page autour de vous.











mardi 24 mars 2020

La page Sortez Masqué



Je viens d'ouvrir une page sur Facebook intitulée : Sortez masqué !” La page “Sortez masqué !” a plusieurs objectifs dans ce contexte de crise du coronavirus :

1°) Encourager les gens à porter un masque et des gants quand ils sortent en rue, au travail ou en public.

2°) Démonter les critiques dont font l’objet les gens qui portent un masque et des gants en rue et en public dans les sociétés européennes.

3°) Encourager les gouvernements européens, et plus particulièrement la Belgique, la France et la Suisse à acquérir des masques chirurgicaux, des masques ffp2 et ffp3 pas seulement pour les malades et le personnel soignant, mais pour l’ensemble de la population.

4°) Encourager les gouvernements à fabriquer eux-mêmes ces masques de toute urgence, y compris en ayant recours en réquisitionnant ces moyens de production.

5°) Apporter une information la plus sérieuse possible et la plus scientifique possible sur le port du masque, sur la question de comment bien porter le masque ainsi que sur la propagation du covid-19.

6°) Il faut bien sûr respecter les ordres de priorité : le masque d'abord doit d’abord aller pour les malades et les soignants, puis les personnes âgées et les personnes avec des facteurs de comorbidité, ensuite les travailleurs en première ligne sur le front du coronavirus : pharmaciens et pharmaciennes, caissiers et caissières des magasins, policiers et policières, etc... Mais la priorité du gouvernement, c'est que tout le monde puisse se procurer des masques dans les plus brefs délais.

7°) Le port du masque et des gants est UN des moyens pour enrayer la pandémie, mais bien sûr “Sortez masqué” insiste aussi sur l’utilité des autres méthodes : lavage des mains, prophylaxie, distanciation sociale, confinement, etc... Ces méthodes ne s’opposent, elles se renforcent les unes les autres !

8°) Interroger notre rapport culturel à ce masque, notamment en rapport avec la façon dont les Asiatiques appréhendent ce masque. Pourquoi le masque s’intègre-t-il dans les cultures japonaises ou coréennes, et pas dans la nôtre ?












Voir aussi les articles sur le Reflet de la Lune où j'argumente plus en détail en faveur du masque chirurgical :











Courage à tous dans le contexte de la pandémie !
Restez chez vous ! Et si vous devez sortir, sortez masqué !



dimanche 22 mars 2020

L'alpha et l'omega du port du masque




L'alpha et l'omega du port du masque




Hier à la télévision, le ministre français de la santé, Olivier Véran, expliquait aux citoyens : « Le port du masque n’est pas l’alpha et l’oméga de la protection ». Ce n'est peut-être pas l'alpha et l'omega, mais c'est au moins une part importante du dispositif pour se défendre. Le masque chirurgical est l'alpha de la lutte contre la propagation du coronavirus, le masque ffp2 le bêta, le masque ffp3 le gamma, le masque en tissu cousu par des citoyens le delta, le port de l'écharpe ou du foulard de fortune pour créer une barrière entre ce qui entre et sort de nos bouches est l'epsilon, le port des gants est le zêta. Mais il y a aussi toutes les autres lettres de l'alphabet grec pour désigner les autres moyens de lutte contre le virus qui ne s'opposent pas, mais se combinent.


Êta pour la distanciation sociale, thêta pour le confinement, iota pour le lavage des mains et la prophylaxie, kappa pour le fait de nettoyer toutes les surfaces touchées par des mains nues (poignées de porte, balançoires et toboggan dans une plaine de jeux, boutons pour le code bancaire, rampes d'un escalier ou dans les bus, etc...), lambda pour éternuer dans son coude ou un mouchoir jetable, mu pour le diagnostic systématique de la population, nu pour le diagnostic plus spécifique de l'entourage d'une personne infectée, ksi pour les médicaments à base de hydroxichloroquine, omicron pour des mesures sociales en faveur des infirmiers et des médecins qui sont sur le front, pi pour le soutien à l'économie défaillante, rhô pour des mesures fiscales en faveur des indépendants qui prennent de plein fouet la mise à l'arrêt des commerces, sigma pour venir en aide aux personnes qui vivent dans la rue et qu'on délaisse encore plus ces temps-ci, tau pour acheter des masques chirurgicaux par millions, des masques ffp2 et des masque ffp3, upsilon pour fabriquer soi-même ces mêmes masques en ne dépendant pas des Chinois, phi pour réquisitionner des entreprises, si besoin est, pour produire très vite en grande quantités ces masques. Et je laisse volontiers à monsieur Olivier Veran le khi, le psi et l'omega pour des mesures qu'il jugera bonnes et efficaces afin de lutter efficacement contre la propagation du COVID-19.


D'ici là, monsieur le ministre, montre l'exemple aux Français et au monde : mettez un masque à chacune de vos apparitions publiques, portez des gants aussi. Et arrêtez de suggérer ou de défendre l'idée que les masques sont inutiles dans l'espace public. Cela doit être votre nouveau slogan, votre nouveau parti : « La République en Masque ! » Les masques ne peuvent pas tout, ils n'arrêtent pas tous les virus, on peut tomber malade avec un masque certes. Mais le masque diminue grandement les risques de contracter la maladie. Le masque diminue le R(0) de la maladie : il contribue à faire baisser le coefficient de propagation du COVID-19 qui est plus important que celui de la grippe. Il faut bien sûr respecter les ordres de priorité : le masque d'abord pour les malades et les soignants, puis les personnes âgées et les personnes avec des facteurs de comorbidité, les travailleurs en première ligne sur le front du coronavirus : pharmaciens et pharmaciennes, caissiers et caissières des magasins, policiers et policières, etc... Mais la priorité du gouvernement, c'est que tout le monde puisse se procurer des masques dans les plus brefs délais.


Dans le même ordre d'idées, Sibeth N'Diaye a dit : « On est contaminé quand on passe plus de 15 minutes à proximité de quelqu’un qui est contaminé, donc on n’a pas besoin de masque ». Cela me laisse pantois. Je ne sais même pas s'il faut répondre à cela. Par contre, il faut s'interroger pourquoi un tel dédain pour les masques, pourquoi un tel dénigrement ? Ce n'est pas seulement qu'on refuse de considérer le masque comme prioritaire, mais celui qui porte le masque en rue subit une condamnation sociale, une culpabilisation dégueulasse. Un de mes contacts facebook disait que les gens qui portent des masques en rue sont « soit des malades, soit des cons ». Il est sidérant de voir à quel point les gens me traitent comme un conspirationniste ou un révolutionnaire dangereux simplement parce que je demande à la population et aux autorités de porter un masque et des gants. Je ne suis pourtant pas un Zorro des temps modernes !


Il faut voir comment on jette aujourd'hui la pierre aux joggeurs qui courent dans le parc, au promeneur dans les bois, aux gens qui font leur course au marché, et même aux travailleurs qui vont travailler parce qu'ils ne respectent pas le confinement. Par contre, on jette tout autant, voire plus la pierre à la personne civique qui se couvre la bouche et les mains ! On marche sur la tête ! Le masque est pourtant un confinement de la bouche, et les gants sont un confinement des mains ! Songez-y ! Prenons l'exemple sur des pays qui luttent efficacement contre le coronavirus : la Corée du Sud ou Hong-Kong, là où tout le monde porte des masques et des gants.


Donc plusieurs raisons à ce déni du masque. La première est une raison culturelle : en Occident, masque = carnaval. Ce n'est pas sérieux, c'est grotesque, clownesque. D'où le mépris et le quolibet des gens. En Asie, par contre, le masque est associé à une forme de politesse et de courtoisie : on n'impose pas aux autres ses crachats, ses postillons et tous les fluides qui peuvent sortir de la bouche. La masque passe donc mieux dans ces pays : on en voit tout de suite la portée civique. Tandis qu'en Occident, la personne masquée a quelque chose à cacher : une maladie, des stigmates honteux, une identité à ne surtout pas révéler, etc... On considère cela avec beaucoup plus de suspicion.


Ensuite, il y a le fait que les autorités sanitaires et politiques veulent cacher le fait qu'ils n'ont pas géré convenablement la crise et qu'ils ne sont pas en mesure de fournir des masques à la population. Mais cette attitude est extrêmement problématique. 1°) On a délibérément trompé la population avec des fake news indignes. Et les idées fausses vont rester longtemps dans la tête des gens. 2°) On casse en profondeur la confiance du citoyen envers les autorités sanitaires et politiques des pays européens. Si les politiciens et les médecins sont prêts à mentir de manière aussi machiavélique, quand pourra-t-on leur faire confiance ? Jamais ! Vive l'ère du soupçon et du complot omniprésent ! 3°) On s'empêche de répondre efficacement à la crise en assumant ses responsabilités en achetant des masques aux fournisseurs de masque et en mettant nos usines en ordre de bataille pour produire ces masques. Emmanuel Macron a dit que la France est un guerre contre le virus. Les masques et les gants sont des boucliers contre les assauts du virus. Pour quelle raison ne fabriquerait-on pas ces masques avec l'industrie française et européenne ? Pourquoi s'en remettre toujours aux Chinois ?


Enfin, il y a peut-être de l'incompétence. Certains médecins croient qu'ils sont les plus compétents du monde et ne veulent pas abandonner leurs idées reçues. C'est là une grande paresse de l'esprit. Ils vous disent que les gens portent mal le masque. Et bien, faites des vidéos pour apprendre aux gens comme mettre ce masque ! Ils vous disent que c'est inefficace : ils n'ont même pas lu ou pris connaissance des études qui vous disent que le masque a une certaine efficacité, et même une efficacité certaine ! (Je mets les références en-dessous). Mais admettons même pour un moment que le masque soit inutile pour se protéger du virus, les médecins qui soutiennent cette thèse absurde vous disent que seuls les malades doivent porter le masque. D'accord, mais la plupart des personnes infectées par le COVID-19 sont asymptomatiques : elles n'ont pas de symptômes, pas de signes qui montrent qu'elles portent le virus, pourtant elles sont susceptibles de vous transmettre le virus. C'est ailleurs la justification du confinement actuel : comment on ne sait pas exactement qui est infecté par le coronavirus et qui ne l'est pas, tout le monde doit rester chez soi. Mais du coup, le même raisonnement vaut pour le masque. Vous n'êtes être jamais sûr que votre corps n'est pas envahi par le SARS-COV-2 ; donc en conséquence, portez un masque et des gants chaque fois que vous allez faire des courses, chaque fois que vous allez travailler et chaque fois que vous faites une apparition en public !




Frédéric Leblanc
Le 23 mars 2020.


Portez un masque ! Portez des gants !



Portez un masque ! Portez des gants !



La gestion de la crise du coronavirus est un échec catastrophique en Europe. Il y a toute une série d'explications à cela, mais une de ces explications est l'incroyable inconscience des Occidentaux par rapport au port du masque et des gants en rue, au travail et dans les lieux publics. Non seulement on n'a pas encouragé à porter ce masque, mais les autorités médicales ainsi que les autorités politiques n'ont cessé de raconter que le masque était inutile, voire contre-productif. Pas plus tard que hier un de mes contacts sur Facebook racontait de manière consternante que les gens qui portent des masques en rue et dans les supermarchés sont « soit des malades, soit des cons » (sic). Le résultat des courses est qu'il y a plus de morts en Italie qu'en Chine. Je rappelle simplement que l'Italie compte 60 millions d'habitants tandis que la Chine en compte plus d'un milliard et demi ! Il y a 25 fois plus de Chinois dans le monde que d'Italiens ! Pourtant, le coronavirus a tué plus d'Italiens que de Chinois, et je ne parle même pas des autres Européens. Nous sommes en-dessous de tout.


Une des causes de cet échec sidéral est l'absence de masques et de gants. Je dis bien que c'est une des causes, certainement pas la seule, mais c'est là une cause importante. Et nous avons négligé de manière criminelle ce bouclier contre la propagation de la maladie. Il faut arrêter immédiatement cet aveuglement collectif. Portons des masques ! Portons des gants ! Si vous n'avez pas de masque puisque nous sommes en pénurie, vous pouvez faire des masques en tissus, on trouve des tutoriels sur YouTube. Si vous n'avez pas le matériel pour coudre ou que vous ne savez pas coudre, portez une écharpe ou un foulard. C'est moins efficace qu'un vrai masque, mais ce sera toujours mieux que rien.


Dans son discours, le président Emmanuel Macron disait que nous sommes en guerre contre le coronavirus. Si l'on poursuit cette métaphore guerrière, nous avons envoyé au front tous nos soldats en les privant de boucliers et en racontant même que les boucliers sont complètement inefficaces pour prévenir les coups d'épée et de lance de l'adversaire ! Tous les guerriers du monde savaient qu'un bouclier ne vous protège pas intégralement des armes de l'ennemi, pourtant toutes les armées du monde ont fourni des boucliers à leurs soldats pour partir sur le champ de bataille. Que penserait-on d'un général qui négligerait de fournir ces protections à ces hommes ? Faisons de même, ne sortons pas sans des masques, sans des foulards et des gants quand nous sommes forcés d'aller travailler ou de faire des courses. Faites-le pour vous-mêmes et faites-le pour autrui !


Et rappelons évidemment que la mesure de mettre un masque et des gants ne dispense pas des autres mesures : distanciation sociale, confinement, hygiène des mains, nettoyage des surfaces en contact avec les doigts et les mains, éternuer ou tousser dans son coude, le diagnostic à grande échelle de la maladie, etc ! Ne négligeons aucune de nos armes et aucune de nos protections si l'on veut vaincre dans cette guerre !




Frédéric Leblanc,
le 22 mars 2020.






Robert Wei



NB: La priorité pour les masques chirurgicaux et les masques ffp2 et ffp3 va bien sûr aux personnes malades et au personnel soignant ainsi qu'au personnes âgées et les personnes à risque plus susceptible d'être gravement atteintes par le coronavirus. Par ailleurs, le vol de masques est un ignominie sans nom ! Soyons solidaires ! 


samedi 21 mars 2020

Méditer par temps de confinement




Méditer par temps de confinement




Ce n'est pas un moment drôle à passer : tout est stressant, les nouvelles sont anxiogènes, et le confinement qu'on nous impose est pour le moins pénible ; et le fait qu'on nous rappelle que le confinement imposé durant la guerre était beaucoup plus dur quand les Allemands bombardaient nos villes ne nous est d'aucune consolation en fait! Je me dis donc que c'est le moment idéal de lâcher prise et de pratiquer la méditation. Et c'est aussi le moment d'en parler !

vendredi 20 mars 2020

L'humanité comme concept





Seul existe l'individu dans sa relation au monde
L'humanité est un concept qui ne recouvre rien
Soutenu pas les débats idéologiques.

Miche,



jeudi 19 mars 2020

Masque ou pas masque ?




Masque ou pas masque ?


Quelques réflexions éparses sur le coronavirus
(2ème partie)


Ce qui frappe quand on regarde des images de la crise du coronavirus en Chine, que ce soit dans l'épicentre même de la contagion, à Wuhan, ou dans des grandes villes comme Pékin ou Shanghai, c'est que tout le monde porte un masque. Et s'il prenait l'envie de sortir en rue sans en mettre, la police est là pour vous rappeler à l'ordre à coup de matraque ! Ce qui frappe quand on se promène dans les rues dans les villes européennes, c'est que quasiment personne n'en met, même pas les médecins !

mercredi 18 mars 2020

Grippe ou apocalypse ?



Grippe ou apocalypse ?


Quelques réflexions éparses sur le coronavirus
(1ère partie)



Comme tout le monde, je suis confronté à cette pandémie de coronavirus, COVID-19 de son nom scientifique. Je voudrais ici commencer quelques réflexions sur cette maladie qui se propage, sur la peur qu'elle peut susciter, peur qui se propage encore plus vite que la virus lui-même ainsi que sur les réactions individuelles ou sociétales à ce problème.