Pages

mardi 1 août 2017

Vie et mort





Voulez une métaphore de la vie et la mort ?
Mettez en parallèle l'eau avec la glace.
Que l'eau se fige et elle devient glace,
Que la glace fonde et elle redevient eau.
Ce qui est mort doit forcément renaître,
Ce qui quitte la vie s'en retourne à la mort.
L'eau et la glace ne se causent aucun mal ;
Vie et mort, l'une et l'autre, possèdent leur beauté.

Hanshan (寒山VIIème siècle)







Cal Snape, Bow Lake, Alberta, Canada





   Voilà une métaphore particulièrement intéressante. D'habitude, nous avons tendance à opposer la vie et la mort comme deux choses irréductibles l'une à l'autre. La vie est fondamentalement une chose positive tandis que la mort est une chose sombre et menaçante.

     Faisons d'ailleurs un petit jeu. Il s'agit de donner le contraire de chaque mot dans la liste qui va suivre. Répondez du tac au tac sans réfléchir. Il n'y a pas de piège. L'intérêt est de répondre spontanément.


         Grand - bas - blanc - nuit - mince - pile - méchant - mort




*****




        Il est très probable que vous ayez répondu : petit, haut, noir, jour, gros, face, gentil et vie. Un Indien (d'Inde) aurait répondu exactement la même chose que vous, sauf pour le dernier terme. Dans la mentalité indienne, le contraire de la mort, ce n'est pas la vie, mais bien la naissance. L'existence est vu comme un cycle de naissances et de morts. On naît, on vit, on meurt, puis on renaît. La mort dans cette conception n'est jamais qu'une phase de la vie.


           Hanshan, lui, compare la vie et la mort aux états liquides et solide de l'eau : l'eau et la glace ne s'opposent pas frontalement et ne sont pas deux choses complètement différentes. C'est la même matière, mais dans des états qui diffèrent. La vie coule dans nos veines ; et quand on meurt, c'est comme si cette vie gelait et s'immobilisait. Mais dans la mort, la vie reprend très vite ses droits. Ce n'est plus la même vie, mais du corps inerte et mort d'un être humain ou d'un animal, toutes sortes d'organismes et d'animaux vont se repaître pour relancer le cycle de la vie. Dans la Nature, tous les composés organiques se décomposent pour permettre à la vie d'émerger et de croître dans toute la luxuriance de la vie.

















Ce poème de Hanshan est emprunté du livre « Poèmes Chan » aux éditions Picquier, traduction de Jacques Pimpaneau, Arles, 2005 (2016 pour l'édition de poche). 








Voir également :




























Callum Snape, le lac Vermillion en hiver, Banff, Canada.







Voir tous les articles et les essais du "Reflet de la lune" autour du Chan et du Zen ici: 

Voir tous les articles et les essais du "Reflet de la lune" autour de la philosophie bouddhique ici.

Voir toutes les citations du "Reflet de la Lune" ici.







Hanshan
peint par Yan Hui (peintre du XIIIe s.)





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire