Pages

mercredi 13 novembre 2013

Le soutra de Jīvaka sur les disciples laïcs


Jīvaka Sutta

Grotte d'Ellora, Inde

            On trouvera ici un autre soutra où Jīvaka Komārabhacca questionne le Bouddha sur la question de la consommation de la viande. Ici, Jīvaka interroge le Bouddha sur ce qui fait que l'on devient disciple laïc du Bienheureux et ce qui rend vertueux ce disciple, en insistant au passage sur le fait que le disciple est amené à pratiquer le Dharma, pas seulement pour son propre bien, son propre bénéfice, mais aussi pour le bien des autres, le bénéfice des autres. Or ce soutra relève du canon pâli, le canon en vigueur dans le bouddhisme dit du "Petit Véhicule". Or les pratiquants du Grand Véhicule prétendent que le "Petit Véhicule" prône une libération individuelle, tandis que les bodhisattvas du Grand Véhicule agissent pour le bien de tous les êtres. Ce texte est intéressant parce qu'il relativise ce genre de distinctions : ce soutra à Jīvaka montre bien que la pratique est appelée à servir le bénéfice des autres, pas seulement de sa simple personne.  

          
          En une occasion le Bienheureux demeurait à Rājagaha, dans le bosquet de manguiers de Jīvaka. Alors Jīvaka Komārabhacca alla trouver le Bienheureux et, en arrivant, s'étant incliné, s'assit d'un côté. Une fois assis là, il dit au Bienheureux:
           - Vénérable, dans quelle mesure devient-on un disciple laïc?
          - Jīvaka, quand on a pris refuge auprès du Bouddha, pris refuge auprès du Dharma, et pris refuge auprès de la Sangha, alors, dans cette mesure, on devient un disciple laïc.
      
           - Et dans quelle mesure, Vénérable, est-on un disciple laïc vertueux?
          - Jīvaka, quand on s'abstient de prendre la vie, de prendre ce qui n'a pas été donné, de la méconduite sexuelle, des fausses paroles, et des boissons fermentées et distillées qui entraînent la négligence, alors dans cette mesure on est un disciple laïc vertueux.

          - Et dans quelle mesure, Vénérable, est-on un disciple laïc qui pratique pour son propre bénéfice mais pas pour celui des autres?
        - Jīvaka, quand un disciple laïc est lui-même accompli en conviction mais n'encourage pas les autres dans l'accomplissement de la conviction; quand lui-même est accompli en vertu mais n'encourage pas les autres dans l'accomplissement de la vertu; quand lui-même est accompli en générosité mais n'encourage pas les autres dans l'accomplissement de la générosité; quand lui-même désire voir les bhikkhus mais n'encourage pas les autres à voir les bhikkhus; quand lui-même veut entendre le véritable Dharma mais n'encourage pas les autres à entendre le véritable Dharma; quand lui-même se rappelle habituellement le Dharma qu'il a entendu mais n'encourage pas les autres à se rappeler le Dharma qu'ils ont entendu; quand lui-même explore le sens du Dharma qu'il a entendu mais n'encourage pas les autres à explorer le sens du Dharma qu'ils ont entendu; quand lui-même, connaissant et le Dharma et son sens, pratique le Dharma en accord avec le Dharma, mais n'encourage pas les autres à pratiquer le Dharma en accord avec le Dharma: alors dans cette mesure il est un disciple laïc qui pratique pour son propre bénéfice mais pas pour le bénéfice des autres.

      - Et dans quelle mesure, Vénérable, est-on un disciple laïc qui pratique et pour son propre bénéfice et pour le bénéfice des autres?
      - Jīvaka, quand un disciple laïc lui-même est accompli en conviction et encourage les autres dans l'accomplissement de la conviction; quand lui-même est accompli en vertu et encourage les autres dans l'accomplissement de la vertu; quand lui-même est accompli en générosité et encourage les autres dans l'accomplissement de la générosité; quand lui-même désire voir les bhikkhus et encourage les autres à voir les bhikkhus; quand lui-même veut entendre le véritable Dharma et encourage les autres à entendre le véritable Dharma; quand lui-même se rappelle habituellement le Dharma qu'il a entendu et encourage les autres à se rappeler le Dharma qu'ils ont entendu; quand lui-même explore le sens du Dharma qu'il a entendu et encourage les autres à explorer le sens du Dharma qu'ils ont entendu; quand lui-même, connaissant et le Dharma et son sens, pratique le Dharma en accord avec le Dharma et encourage les autres à pratiquer le Dharma en accord avec le Dharma : alors dans cette mesure il est un disciple laïc qui pratique et pour son propre bénéfice et pour le bénéfice des autres.

Anguttara Nikâya 8.26


         Remarques sur la traduction : le présent soutra est issu du canon en langue pâlie, une langue proche du sanskrit, mais que le Bouddha employait pour se démarquer des brahmanes qui exprimaient leurs textes sacrés en sanskrit et pour être plus proche du peuple. Néanmoins, j'ai employé les termes sanskrits quand ceux-ci sont passés dans la langue française. Par exemple, j'emploie "Dharma", la Voie du Bouddha au lieu de "Dhamma", "soutra" au lieu de "sutta". Mais j'ai conservé le pâli pour des mots qui ne sont pas employés couramment en français: j'ai donc conservé "bhikkhu" pour moines au lieu du sanskrit "bhikshu".


Voir tous les articles et les essais du "Reflet de la lune" autour de la philosophie bouddhique ici.

Les soutras du Bouddha: 
              - Soutra de Jivâka sur la consommation de la viande (Jivâka Sutta)
              - Soutra de Kaccânayagotta (Kaccânayagotta Sutta)

              - Soutra des Bénédictions (Mangala Sutta)
              - Soutra de Samiddhi (soutra traduit du canon chinois)
              - Soutra de Bâhiya (Bâhiya Sutta)

Voir toutes les citations du "Reflet de la Lune" ici.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire