Pages

mardi 21 juillet 2015

Soutra de l’Attention au Va-et-vient de la Respiration

Ānāpānasati Sutta

Soutra de l’Attention au Va-et-vient de la Respiration

Commentaire du soûtra ici.



Ainsi ai-je entendu.

En ce temps-là, le Bouddha séjournait encore dans la grande demeure construite par Migāra-Mātā située dans le parc de l’est, près de la ville de Sāvatthi et il demeurait dans le Parc de l’est avec ses principaux disciples comme le Vénérable Sāriputta, le Vénérable Mahā-Moggallāna, le Vénérable Mahā-Kassapa, le Vénérable Mahā-Kaccāyana, le Vénérable Mahā-Kotthita, le Vénérable Mahā-Kappina, le Vénérable Mahā-Cunda, le Vénérable Anuruddha, le Vénérable Rèvata et le Vénérable Ānanda1.

Dans la communauté, les moines2 plus anciens s’occupaient d’instruire et de conseiller les plus jeunes ; certains moines anciens s’occupaient d’instruire et de conseiller une dizaine d’entre eux, d’autres moines anciens s’occupaient d’instruire et de conseiller une vingtaine, d’autres encore à une trentaine, voire à une quarantaine. Les jeunes moines, étant instruits par les moines anciens, étant conseillés par les moines plus anciens, faisaient ainsi beaucoup de progrès en atteignant des résultats extraordinaires et majestueux, au-delà des états préliminaires3 .

C’était le jour d’Uposatha du quinzième jour, la nuit de pleine lune de la cérémonie de Pavāraa, et cette nuit-là le Bienheureux était assis sous la voûte céleste, entouré de la communauté des moines. Parcourant du regard la communauté des moines assis là dans un silence profond, il s'adressa aux moines : 

« Je suis satisfait, moines, de ce progrès ; mon esprit est satisfait de ce progrès. En conséquence, moines, appliquez un effort encore plus intense pour atteindre ce qui n'a pas encore été atteint, pour parvenir à ce à quoi vous n'êtes pas parvenus, pour réaliser ce qui n'a pas été réalisé. Je resterai ici à Sāvatthi pendant le mois de la fleur Komudi4, le quatrième mois des pluies ».

Ayant entendu dire que le Bouddha resterait à Sāvatthi jusqu’au jour de la pleine lune du quatrième mois de la retraite, les moines qui étaient partis pour enseigner le Dhamma à travers le pays commencèrent à revenir à Sāvatthi pour étudier avec lui. A cette occasion, les moines les plus anciens redoublèrent d’attention envers les plus jeunes ; certains moines anciens s’occupaient d’instruire et de conseiller une dizaine d’entre eux, d’autres moines anciens s’occupaient d’instruire et de conseiller une vingtaine, d’autres encore à une trentaine, voire à une quarantaine. Les jeunes moines, étant instruits par les moines anciens, étant conseillés par les moines plus anciens, faisaient ainsi beaucoup de progrès en atteignant des résultats extraordinaires et majestueux, au-delà des états préliminaires.




C’était le jour d’Uposatha du quinzième jour, la nuit de pleine lune du mois pendant le mois de la fleur Komudi, le quatrième mois des pluies, et cette nuit-là aussi, le Bienheureux était assis sous la voûte céleste, entouré de la communauté des moines. Parcourant du regard la communauté des moines assis là dans un silence profond, il s'adressa aux moines : 

« Vénérables moines, notre communauté est pure et bonne. En son sein, il n’y a nul besoin de bavardages prétentieux et inutiles. Telle est, ô moines, cette communauté de moines; cette assemblée, ô moines, est le genre d'assemblée qui est digne de dons, digne d'hospitalité, digne d'offrandes, digne de salutations respectueuses, l'insurpassable champ de mérite pour le monde. Telle est, ô moines, cette communauté de moines; cette assemblée, ô moines, est le genre d'assemblée à qui même une petite offrande, lorsqu'elle est offerte, devient grande, et une grande offrande encore plus grande. Telle est, ô moines, cette communauté de moines; cette assemblée, moines, est le genre d'assemblée qu'il est rare de voir dans le monde. Telle est, ô moines, cette communauté de moines; cette assemblée, ô moines, est le genre d'assemblée telle qu'il vaudrait la peine de voyager sur des centaines de lieues, en emportant des provisions, pour venir la voir. Telle est, ô moines, cette communauté de moines.


« Il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, des moines qui sont des arahants, qui ont détruit les souillures mentales, qui ont vécu la Conduite Sublime, qui ont fait ce qui devait être fait, qui ont posé le fardeau, qui ont atteint le véritable but, qui ont détruit les liens du devenir, et sont libérés par la compréhension ultime : il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, de tels moines qui sont des arahants.


« Il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, des moines qui ont détruit les cinq liens inférieurs, renaîtront spontanément dans un monde où ils atteindront le Nirvâna final, sans jamais revenir de ce monde: Il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, de tels moines qui sont entrés dans le Sans-Retour.


« Il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, des moines qui sont libérés des trois premiers liens de l’esclavage et ont pleinement réalisé l’état de Dernier retour (Sakadāgāmin). Ils ont coupé les principales racines de l’avidité, de la haine et de l’ignorance et n’ont besoin de retourner qu’une seule fois dans le cycle des naissances et des morts. Il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, de tels moines qui sont entrés dans le Retour Unique.


« Il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, des moines qui sont libérés des trois liens de l’esclavage et ont atteint l’état de l’Entrée-dans-le-courant (Sotāpatti), se dirigeant fermement vers l’état d’Éveillé. Il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, de tels moines qui sont Entrés-dans-le-courant.


« Il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, des moines qui demeurent dans les quatre établissements de l’attention (satipatthana)5 : Il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, de tels moines.


« Il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, des moines qui demeurent en s’exerçant dans les quatre efforts juste6 : il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, de tels moines.


« Il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, des moines qui demeurent en s’exerçant aux quatre bases des pouvoirs surnaturels7 : il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, de tels moines.


« Il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, des moines qui demeurent en s’exerçant à développer les cinq facultés8 : il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, de tels moines.


« Il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, des moines qui demeurent en s’exerçant dans les cinq forces9 : il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, de tels moines.


« Il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, des moines qui demeurent en s’exerçant dans le développement des sept facteurs de l’Éveil10 : il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, de tels moines.


« Il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, des moines qui demeurent en s’exerçant dans le Noble Octuple Sentier11 : il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, de tels moines.


« Il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, des moines qui demeurent en s’exerçant au développement de l’amour bienveillant : il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, de tels moines.


« Il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, des moines qui demeurent en s’exerçant au développement de la compassion : il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, de tels moines.


« Il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, des moines qui demeurent en s’exerçant au développement de la joie : il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, de tels moines.


« Il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, des moines qui demeurent en s’exerçant au développement de l’équanimité : il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, de tels moines.


« Il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, des moines qui demeurent en méditant sur le concept d’impureté : il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, de tels moines.


« Il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, des moines qui demeurent en méditant sur le concept d’impermanence : il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, de tels moines.


« Il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, des moines qui demeurent en s’exerçant à l’attention au va-et-vient de la respiration : il y a, ô moines, dans cette communauté de moines, de tels moines.




*****




« Ô moines, la méthode qui consiste à prêter attention au va-et-vient de sa respiration, apportera de grands bénéfices et de grands avantages si elle est développée et pratiquée régulièrement. Elle amènera le succès dans la pratique des Quatre Établissements de l’Attention. Quant à cette méthode des Quatre Établissements de l’Attention, elle apportera de grands bénéfices et de grands avantages si elle est développée et pratiquée régulièrement. Si la méthode des Quatre Établissements de l’Attention est développée et pratiquée régulièrement, cela amènera à la réussite dans la pratique des Sept facteurs de l’Éveil. Quant à ces Sept facteurs de l’Éveil, ils apporteront de grands bénéfices et de grands avantages si elle est développée et pratiquée régulièrement. Les Sept facteurs de l’Éveil, s’ils sont développés et pratiqués régulièrement, feront naître la compréhension et engendreront la libération de l’esprit.




*****




« Comment développer et pratiquer régulièrement la méthode de l’Attention de la Respiration afin que la pratique porte ses fruits et soit source de grands bienfaits ? Cela se passe ainsi, moines : le moine va dans la forêt ou au pied d’un arbre dans un endroit désert; il s’assied dans la posture du lotus, le corps stable et droit, son attention fixée devant lui. Lorsqu’il inspire, il sait qu’il inspire ; lorsqu’il expire, il sait qu’il expire.
1. En inspirant longuement, il sait : ‘J’inspire longuement’. En expirant longuement, il sait : ‘J’expire longuement’.
2. En inspirant brièvement, il sait : ‘J’inspire brièvement’. En expirant brièvement, il sait ‘J’expire brièvement’.
3. ‘J’inspire et je suis conscient de tout mon corps. J’expire et je suis conscient de tout mon corps’. C’est ainsi qu’il pratique.
4. ‘J’inspire et j’apaise mon corps tout entier. J’expire et j’apaise mon corps tout entier’. Ainsi pratique-t-il.
5. ‘J’inspire et je me sens joyeux. J’expire et je me sens joyeux’. Ainsi pratique-t-il.
6. ‘J’inspire et je me sens heureux. J’expire et je me sens heureux’. Ainsi pratique-t-il.
7. ‘J’inspire et je suis conscient de mes formations mentales. J’expire et je suis conscient de mes formations mentales’. Ainsi pratique-t-il.
8. ‘J’inspire et je calme mes formations mentales. J’expire et je calme mes formations mentales’. Ainsi pratique-t-il.
9. ‘J’inspire et je suis conscient de mon esprit. J’expire et je suis conscient de mon esprit’. Ainsi pratique-t-il.
10. ‘J’inspire et je rends mon esprit heureux. J’expire et je rends mon esprit heureux’. Ainsi pratique-t-il.
11. ‘J’inspire et je concentre mon esprit. J’expire et je concentre mon esprit’. Ainsi pratique-t-il.
12. ‘J’inspire et je libère mon esprit. J’expire et je libère mon esprit’. Ainsi pratique-t-il.
13. ‘J’inspire et j’observe la nature impermanente de tous les phénomènes. J’expire et j’observe la nature impermanente de tous les phénomènes’. Ainsi pratique-t-il.
14. ‘J’inspire et j’observe l’extinction. J’expire et j’observe l’extinction’. Ainsi pratique-t-il.
15. ‘J’inspire et je contemple la cessation. J’expire et je contemple la cessation’. Ainsi pratique-t-il.
16. ‘J’inspire et je contemple le lâcher-prise. J’expire et je contemple le lâcher-prise’. Ainsi pratique-t-il.


« Pratiquée et développée régulièrement selon ces instructions, l’Attention au Va-et-Vient de la Respiration portera ses fruits et sera source de grands bénéfices et de grands avantages.


*****


« De quelle manière pouvons-nous développer et pratiquer régulièrement l’attention à la respiration pour réussir à pratiquer les Quatre Établissements de l’Attention pour que, pratiquée et développée régulièrement selon ces instructions, elle porte ses fruits et soit source de grands bénéfices et de grands avantages?


« A ce propos, quand le moine sait quand il inspire longuement, il : ‘J’inspire longuement’ et qu’en expirant longuement, il sait : ‘J’expire longuement’, quand, en inspirant brièvement, il sait : ‘J’inspire brièvement’ et qu’en expirant brièvement, il sait ‘J’expire brièvement’, quand le moine s’exerce en se disant ‘J’inspire et je suis conscient de tout mon corps. J’expire et je suis conscient de tout mon corps’, quand il s’exerce en se disant ‘J’inspire et j’apaise mon corps tout entier. J’expire et j’apaise mon corps tout entier’, il s’établit paisiblement dans l’observation du corps dans le corps, persévérant, pleinement éveillé, comprenant clairement son état, ayant abandonné tout attachement et toute aversion pour cette vie. Ces exercices de respiration avec pleine attention appartiennent au Premier Etablissement de l’Attention : l’attention au corps. Je dis que c’est par le corps que se produit le va-et-vient de la respiration. Ô moines, c’est pourquoi ce moine s’établit paisiblement dans l’observation du corps dans le corps, persévérant, pleinement éveillé, comprenant clairement son état, ayant abandonné tout attachement et toute aversion pour cette vie.


« En outre, quand le moine s’exerce en se disant ‘J’inspire et je me sens joyeux. J’expire et je me sens joyeux’, quand il s’exerce en se disant ‘J’inspire et je me sens heureux. J’expire et je me sens heureux’, quand il s’exerce en se disant ‘J’inspire et je suis conscient de mes formations mentales. J’expire et je suis conscient de mes formations mentales’, quand il s’exerce en se disant ‘J’inspire et je calme mes formations mentales. J’expire et je calme mes formations mentales’, il s’établit paisiblement dans l’observation des sensations dans les sensations, persévérant, pleinement éveillé, comprenant clairement son état, ayant abandonné tout attachement et toute aversion pour cette vie. Ces exercices de respiration avec pleine attention appartiennent au Second Etablissement de l’Attention : l’attention aux sensations. Je dis que c’est par l’attention au va-et-vient de la respiration que l’on se montre capable d’éprouver les sensations dans les sensations. Ô moines, c’est pourquoi ce moine s’établit paisiblement dans l’observation des sensations dans les sensations, persévérant, pleinement éveillé, comprenant clairement son état, ayant abandonné tout attachement et toute aversion pour cette vie.


« En outre, quand le moine s’exerce en se disant ‘J’inspire et je suis conscient de mon esprit. J’expire et je suis conscient de mon esprit’, quand il s’exerce en se disant ‘J’inspire et je rends mon esprit heureux. J’expire et je rends mon esprit heureux’, quand il s’exerce en se disant ‘J’inspire et je concentre mon esprit. J’expire et je concentre mon esprit’, quand il s’exerce en se disant ‘J’inspire et je libère mon esprit. J’expire et je libère mon esprit’, il s’établit paisiblement dans l’observation de l’esprit dans l’esprit, persévérant, pleinement éveillé, comprenant clairement son état, ayant abandonné tout attachement et toute aversion pour cette vie. Ces exercices de respiration avec pleine attention appartiennent au Troisième Etablissement de l’Attention : l’attention au mental. Je dis qu’il n’y a pas de progrès de l’attention au va-et-vient de la respiration chez celui qui inattentif et négligent. Ô moines, c’est pourquoi ce moine s’établit paisiblement dans l’observation de l’esprit dans l’esprit, persévérant, pleinement éveillé, comprenant clairement son état, ayant abandonné tout attachement et toute aversion pour cette vie.


«En outre, quand le moine s’exerce en se disant ‘J’inspire et j’observe la nature impermanente de tous les phénomènes. J’expire et j’observe la nature impermanente de tous les phénomènes’, quand il s’exerce en se disant ‘J’inspire et j’observe l’extinction. J’expire et j’observe l’extinction’, quand il s’exerce en se disant ‘J’inspire et je contemple la cessation. J’expire et je contemple la cessation’, quand il s’exerce en se disant ‘J’inspire et je contemple le lâcher-prise. J’expire et je contemple le lâcher-prise’, il s’établit paisiblement dans l’observation des objets du mental dans les objets du mental, persévérant, pleinement éveillé, comprenant clairement son état, ayant abandonné tout attachement et toute aversion pour cette vie. Ces exercices de respiration avec pleine attention appartiennent au Quatrième Etablissement de l’Attention : l’attention aux objets de l’esprit12. Ayant vu par la sagesse, le rejet des désirs et des soucis concernant le monde. Ô moines, c’est pourquoi ce moine s’établit paisiblement dans l’observation des objets de l’esprit dans les objets de l’esprit, persévérant, pleinement éveillé, comprenant clairement son état, ayant abandonné tout attachement et toute aversion pour cette vie.


« La pratique de l’Attention au Va-et-vient de la Respiration, si elle est développée et régulière, conduira à l’accomplissement parfait des Quatre Établissements de l’Attention.


*****


« De plus, si les Quatre Établissements de l’Attention sont développés et pratiqués de manière régulière, ils conduiront à l’établissement dans les Sept Facteurs de l’Éveil. Comment, ô moines, doit-on pratiquer les Quatre Établissements de l’Attention pour qu’ils épanouissent les sept facteurs de l’Éveil jusqu’à la perfection ?
I.1. « Quand le moine peut maintenir, sans être distrait, la pratique de l’observation du corps dans le corps, persévérant, pleinement éveillé, comprenant clairement son état, ayant abandonné tout attachement et toute aversion pour cette vie, avec une stabilité méditative, sans défaut, résolu et imperturbable, il atteindra le premier facteur d’Éveil, c’est-à-dire l’Attention. Quand cette attention sera stable, sans égarement, résolue et imperturbable, ce facteur d’Éveil de l’attention atteindra la perfection.


I.2. « Quand le moine peut demeurer attentif sans être distrait et peut analyser avec sagesse tout objet de l’esprit, tout phénomène qui apparaît et poursuivre cette investigation en profondeur, alors le second facteur d’Éveil naîtra et se développera en lui : le facteur de l’investigation des dharmas. Quand, demeurant attentif, il examine tout objet de l’esprit qui apparaît et poursuivre cette investigation jusqu’à son terme, ce facteur d’Éveil de l’investigation des dharmas atteindra la perfection.


I.3. « Quand le moine, demeurant attentif, peut observer et analyser tout objet de l’esprit, tout phénomène de manière continue, persévérant et résolu, sans être distrait, le troisième facteur d’Éveil naîtra et se développera en lui : l’Effort. Quand le moine, demeurant attentif, pourra observer et analyser complètement tout objet de l’esprit, tout phénomène de manière continue, persévérant et résolu, sans être distrait, ce facteur d’Éveil de l’Effort atteindra la perfection.


I.4. « Chez celui en qui l’effort énergique s’est réveillé se produit une joie immatérielle, le quatrième facteur d’Éveil naîtra et se développera en lui : le facteur de la Joie. Quand cette joie immatérielle se sera pleinement épanouie, ce facteur d’Éveil de la Joie atteindra la perfection.


I.5. « Quand le moine s’établit sans distraction dans l’état de joie, il sentira son corps et son mental légers et paisibles. A ce moment, le cinquième facteur d’Éveil naîtra et se développera en lui : le facteur de la Souplesse. Quand cette souplesse s’épanouira pleinement dans le corps et le mental, ce facteur d’Éveil de la Souplesse atteindra la perfection.


I.6. « Quand corps et mental sont sereins et souples, le moine peut entrer facilement dans la concentration. A ce moment, le sixième facteur d’Éveil naîtra et se développera en lui : le facteur de la Concentration. Quand cette concentration sera pleinement épanouie, ce facteur d’Éveil de la Concentration atteindra la perfection.


I.7. « Quand le moine établit l’esprit en concentration dans un calme profond, il arrêtera de discriminer et de comparer. A ce moment, le septième facteur d’Éveil est produit, naît et se développe en lui : le facteur de l’Équanimité. Quand cette équanimité se sera pleinement épanouie, ce facteur d’Éveil de l’Équanimité atteindra la perfection.


II.1. « Quand le moine peut maintenir, sans être distrait, la pratique de l’observation de la sensation dans la sensation, persévérant, pleinement éveillé, comprenant clairement son état, ayant abandonné tout attachement et toute aversion pour cette vie, avec une stabilité méditative, sans défaut, résolu et imperturbable, il atteindra le premier facteur d’Éveil, c’est-à-dire l’Attention. Quand cette attention sera stable, sans égarement, résolue et imperturbable, ce facteur d’Éveil de l’attention atteindra la perfection.


II.2. « Quand le moine peut demeurer attentif sans être distrait et peut analyser avec sagesse tout objet de l’esprit, tout phénomène qui apparaît et poursuivre cette investigation en profondeur, alors le second facteur d’Éveil naîtra et se développera en lui : le facteur de l’investigation des dharmas. Quand, demeurant attentif, il examine tout objet de l’esprit qui apparaît et poursuivre cette investigation jusqu’à son terme, ce facteur d’Éveil de l’investigation des dharmas atteindra la perfection.


II.3. « Quand le moine, demeurant attentif, peut observer et analyser tout objet de l’esprit, tout phénomène de manière continue, persévérant et résolu, sans être distrait, le troisième facteur d’Éveil naîtra et se développera en lui : l’Effort. Quand le moine, demeurant attentif, pourra observer et analyser complètement tout objet de l’esprit, tout phénomène de manière continue, persévérant et résolu, sans être distrait, ce facteur d’Éveil de l’Effort atteindra la perfection.


II.4. « Chez celui en qui l’effort énergique s’est réveillé se produit une joie immatérielle, le quatrième facteur d’Éveil naîtra et se développera en lui : le facteur de la Joie. Quand cette joie immatérielle se sera pleinement épanouie, ce facteur d’Éveil de la Joie atteindra la perfection.


II.5. « Quand le moine s’établit sans distraction dans l’état de joie, il sentira son corps et son mental légers et paisibles. A ce moment, le cinquième facteur d’Éveil naîtra et se développera en lui : le facteur de la Souplesse. Quand cette souplesse s’épanouira pleinement dans le corps et le mental, ce facteur d’Éveil de la Souplesse atteindra la perfection.


II.6. « Quand corps et mental sont sereins et souples, le moine peut entrer facilement dans la concentration. A ce moment, le sixième facteur d’Éveil naîtra et se développera en lui : le facteur de la Concentration. Quand cette concentration sera pleinement épanouie, ce facteur d’Éveil de la Concentration atteindra la perfection.


II.7. « Quand le moine établit l’esprit en concentration dans un calme profond, il arrêtera de discriminer et de comparer. A ce moment, le septième facteur d’Éveil est produit, naît et se développe en lui : le facteur de l’Équanimité. Quand cette équanimité se sera pleinement épanouie, ce facteur d’Éveil de l’Équanimité atteindra la perfection


III.1. « Quand le moine peut maintenir, sans être distrait, la pratique de l’observation de l’esprit dans l’esprit, persévérant, pleinement éveillé, comprenant clairement son état, ayant abandonné tout attachement et toute aversion pour cette vie, avec une stabilité méditative, sans défaut, résolu et imperturbable, il atteindra le premier facteur d’Éveil, c’est-à-dire l’Attention. Quand cette attention sera stable, sans égarement, résolue et imperturbable, ce facteur d’Éveil de l’attention atteindra la perfection.


III.2. « Quand le moine peut demeurer attentif sans être distrait et peut analyser avec sagesse tout objet de l’esprit, tout phénomène qui apparaît et poursuivre cette investigation en profondeur, alors le second facteur d’Éveil naîtra et se développera en lui : le facteur de l’investigation des dharmas. Quand, demeurant attentif, il examine tout objet de l’esprit qui apparaît et poursuivre cette investigation jusqu’à son terme, ce facteur d’Éveil de l’investigation des dharmas atteindra la perfection.


III.3. « Quand le moine, demeurant attentif, peut observer et analyser tout objet de l’esprit, tout phénomène de manière continue, persévérant et résolu, sans être distrait, le troisième facteur d’Éveil naîtra et se développera en lui : l’Effort. Quand le moine, demeurant attentif, pourra observer et analyser complètement tout objet de l’esprit, tout phénomène de manière continue, persévérant et résolu, sans être distrait, ce facteur d’Éveil de l’Effort atteindra la perfection.


III.4. « Chez celui en qui l’effort énergique s’est réveillé se produit une joie immatérielle, le quatrième facteur d’Éveil naîtra et se développera en lui : le facteur de la Joie. Quand cette joie immatérielle se sera pleinement épanouie, ce facteur d’Éveil de la Joie atteindra la perfection.


III.5. « Quand le moine s’établit sans distraction dans l’état de joie, il sentira son corps et son mental légers et paisibles. A ce moment, le cinquième facteur d’Éveil naîtra et se développera en lui : le facteur de la Souplesse. Quand cette souplesse s’épanouira pleinement dans le corps et le mental, ce facteur d’Éveil de la Souplesse atteindra la perfection.


III.6. « Quand corps et mental sont sereins et souples, le moine peut entrer facilement dans la concentration. A ce moment, le sixième facteur d’Éveil naîtra et se développera en lui : le facteur de la Concentration. Quand cette concentration sera pleinement épanouie, ce facteur d’Éveil de la Concentration atteindra la perfection.


III.7. « Quand le moine établit l’esprit en concentration dans un calme profond, il arrêtera de discriminer et de comparer. A ce moment, le septième facteur d’Éveil est produit, naît et se développe en lui : le facteur de l’Équanimité. Quand cette équanimité se sera pleinement épanouie, ce facteur d’Éveil de l’Équanimité atteindra la perfection


IV.1. « Quand le moine peut maintenir, sans être distrait, la pratique de l’observation des objets de l’esprit dans les objets de l’esprit, persévérant, pleinement éveillé, comprenant clairement son état, ayant abandonné tout attachement et toute aversion pour cette vie, avec une stabilité méditative, sans défaut, résolu et imperturbable, il atteindra le premier facteur d’Éveil, c’est-à-dire l’Attention. Quand cette attention sera stable, sans égarement, résolue et imperturbable, ce facteur d’Éveil de l’attention atteindra la perfection.


IV.2. « Quand le moine peut demeurer attentif sans être distrait et peut analyser avec sagesse tout objet de l’esprit, tout phénomène qui apparaît et poursuivre cette investigation en profondeur, alors le second facteur d’Éveil naîtra et se développera en lui : le facteur de l’investigation des dharmas. Quand, demeurant attentif, il examine tout objet de l’esprit qui apparaît et poursuivre cette investigation jusqu’à son terme, ce facteur d’Éveil de l’investigation des dharmas atteindra la perfection.


IV.3. « Quand le moine, demeurant attentif, peut observer et analyser tout objet de l’esprit, tout phénomène de manière continue, persévérant et résolu, sans être distrait, le troisième facteur d’Éveil naîtra et se développera en lui : l’Effort. Quand le moine, demeurant attentif, pourra observer et analyser complètement tout objet de l’esprit, tout phénomène de manière continue, persévérant et résolu, sans être distrait, ce facteur d’Éveil de l’Effort atteindra la perfection.


IV.4. « Chez celui en qui l’effort énergique s’est réveillé se produit une joie immatérielle, le quatrième facteur d’Éveil naîtra et se développera en lui : le facteur de la Joie. Quand cette joie immatérielle se sera pleinement épanouie, ce facteur d’Éveil de la Joie atteindra la perfection.


IV.5. « Quand le moine s’établit sans distraction dans l’état de joie, il sentira son corps et son mental légers et paisibles. A ce moment, le cinquième facteur d’Éveil naîtra et se développera en lui : le facteur de la Souplesse. Quand cette souplesse s’épanouira pleinement dans le corps et le mental, ce facteur d’Éveil de la Souplesse atteindra la perfection.


IV.6. « Quand corps et mental sont sereins et souples, le moine peut entrer facilement dans la concentration. A ce moment, le sixième facteur d’Éveil naîtra et se développera en lui : le facteur de la Concentration. Quand cette concentration sera pleinement épanouie, ce facteur d’Éveil de la Concentration atteindra la perfection.


IV.7. « Quand le moine établit l’esprit en concentration dans un calme profond, il arrêtera de discriminer et de comparer. A ce moment, le septième facteur d’Éveil est produit, naît et se développe en lui : le facteur de l’Équanimité. Quand cette équanimité se sera pleinement épanouie, ce facteur d’Éveil de l’Équanimité atteindra la perfection


« Voici comment les Quatre Établissements de l’Attention, s’ils sont développés et pratiqués régulièrement, conduiront à l’établissement parfait dans les Sept Facteurs d’Éveil.


*****


« Comment, ô moines, les Sept Facteurs d’Éveil, lorsqu’ils sont développés et pratiqués régulièrement, conduisent-ils à l’accomplissement parfait de la compréhension vraie et de la Libération complète ?


« Dans ce cas, ô moines, le moine épanouit pleinement le facteur d’Éveil de l’Attention, fondé sur la solitude, fondé sur le détachement, fondé sur la cessation, qui va vers la plénitude de l’abandon.


« En outre, ô moines, le moine épanouit pleinement le facteur d’Éveil de l’Investigation des Dharmas, fondé sur la solitude, fondé sur le détachement, fondé sur la cessation, qui va vers la plénitude de l’abandon.


« En outre, ô moines, le moine épanouit pleinement le facteur d’Éveil de l’Effort, fondé sur la solitude, fondé sur le détachement, fondé sur la cessation, qui va vers la plénitude de l’abandon.


« En outre, ô moines, le moine épanouit pleinement le facteur d’Éveil de la Joie fondé sur la solitude, fondé sur le détachement, fondé sur la cessation, qui va vers la plénitude de l’abandon.


« En outre, ô moines, le moine épanouit pleinement le facteur d’Éveil de la Souplesse, fondé sur la solitude, fondé sur le détachement, fondé sur la cessation, qui va vers la plénitude de l’abandon.


« En outre, ô moines, le moine épanouit pleinement le facteur d’Éveil de la Concentration, fondé sur la solitude, fondé sur le détachement, fondé sur la cessation, qui va vers la plénitude de l’abandon.


« En outre, ô moines, le moine épanouit pleinement le facteur d’Éveil de l’Équanimité, fondé sur la solitude, fondé sur le détachement, fondé sur la cessation, qui va vers la plénitude de l’abandon.


« C’est de cette façon, ô moines, que doivent progresser et s’épanouir les sept facteurs de l’Éveil au point qu’ils portent la compréhension et la Libération à leur point de perfection et de complétude. »


Ainsi parla le Bienheureux. Les moines, heureux, se réjouirent des paroles du Bienheureux.


Majjhima Nikāya, 118.




Commentaire au Soûtra de l'Attention au Va-et-vient de la Respiration : En compagnie du souffle

1ère partie     2ème partie      3ème partie    4ème partie    5ème partie    6ème partie
     







NB: j'ai rajouté les numérotations pour plus de lisibilité.

On trouvera une traduction de ce Soûtra du Va-et-Vient de la Respiration dans la traduction complète du Majjhima-Nikāya par Môhan Wijayaratna (tome IV) aux éditions LIS, Paris, 2011, pp. 1589-1600.


Une version simplifiée et abrégée de ses redondances existe aussi dans un ouvrage de Thich Nhat Hanh, « La respiration essentielle », Albin Michel / Spiritualités vivates, Paris, 1996, pp. 13-24. On trouvera des versions de cette traduction du Soûtra en ligne ici et .


Par ailleurs, sur le site Buddha Vacana, on trouvera un autre traduction de ce Soûtra de l’Attention au Va-et-Vient de la Respiration avec la version en langue pâlie ici.









1 Vénérable : Āyasmanta en pâli.
2 Moine : en pâli bhikkhu, en sankrit bhikshu.
3 Les états préliminaires consister à maîtriser ses sens, à respecter la discipline monastique, etc…
4 La fleur Komudi est un grand nénuphar blanc.
5 Les quatre établissements de l’attention (satipatthana) sont l’attention au corps, l’attention aux sensations, l’attention à l’esprit et l’attention aux objets de l’esprit.
6 Les quatre efforts justes consistent à faire en sorte 1°) que les tendances négatives déjà apparues en nous disparaissent, 2°) que les tendances négatives qui ne sont pas encore apparues en nous n’apparaissent pas, 3°) que les tendances positives qui ne sont pas encore apparues en nous apparaissent, 4°) que les tendances positives qui sont déjà apparues en nous soient renforcées et atteignent l’excellence.
7 Les quatre bases des pouvoirs surnaturels sont quatre auxiliaires de l’absorption méditative qui permettent de développer des pouvoirs supranormaux. Ces quatre bases sont 1°) l’aspiration (de fixer son mental sur un seul point), 2°) l’effort (ou énergie pour le fixer sur ce point), 3°) l’esprit (la capacité à concentrer tout son esprit en un point), 4°) l’analyse (l’application des enseignements à la fixation sur un seul point).
8 Les cinq facultés servent à développer la compréhension des Quatre Nobles Vérités du Bouddha. Ces cinq facultés sont 1°) la confiance (dans les enseignements du Bouddha), 2°) l’effort ou persévérance, 3°) l’attention ou vigilance, 4°) la concentration méditative, 5°) la sagesse.
9 Les cinq forces sont les mêmes que les cinq facultés, mais à ce niveau, les forces servent à contrecarrer les errements et les obstacles que le moine rencontre dans sa découverte intime des Quatre Nobles  Vérités. 1°) la confiance vainc les vues fausses, 2°) l’effort vainc la stagnation et les mauvais penchants, 3°) l’attention vainc toute distraction quant aux Nobles Vérités, 4°) la concentration méditative vainc les passions et les émotions perturbatrices, 5°) la sagesse vainc les ténèbres de l’ignorance et permet de gagner la pleine compréhension des Quatre Nobles Vérités.
10 Les sept facteurs de l’Éveil sont 1°) l’attention, 2°) l’investigation des phénomènes, 3°) l’effort, 4°) la joie, 5°) la souplesse, 6°) la concentration méditative, 7°) l’équanimité.
11 Le Noble Octuple Sentier est composé de 1°) la vue juste, 2°) la pensée juste, 3°) la parole juste, 4°) l’action juste, 5°) les moyens d’existence juste, 6°) l’effort juste, 7°) l’attention juste, 8°) la concentration juste.

12 Les objets de l’esprit se dit « dharma » en sanskrit ou « dhamma » en pâli. Dans ce contexte, ce terme très polysémique pourrait se traduire par « phénomène », tout ce dont l’esprit peut prendre conscience.




Morgan Maassen











Voir tous les articles et les essais du "Reflet de la lune" autour de la philosophie bouddhique ici.


Voir toutes les citations du "Reflet de la Lune" ici.

3 commentaires:

  1. Oh mille mercis... puis les photos de Morgan Maasen sont wahou, merci pour tout ça!

    RépondreSupprimer
  2. Merci à toi aussi !

    Oui, effectivement, Morgan Maassen est un photographe très impressionnant. J'avoue être fort étranger à la culture surf, mais son esthétique me touche et me plaît énormément.

    J'ai pris la photo parce qu'être sous l'eau dans la mer ou à la piscine, c'est peut-être le rare moment pour la plupart des gens où ceux-ci sont conscient du caractère vital du souffle, de faire entrer et ressortir de l'air de nos poumons.

    Si ça te dit, cette petite vidéo de Morgan Maassen que je trouve très sympa : https://vimeo.com/90429499

    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
  3. Tient j'y avais pas songé mais c'ai vrai que sous l'eau, dans l'eau la conscience du souffle est total présente, je te remercie pour le lien, je regarderai la vidéo plus tard. Excellente journée à toi aussi.

    RépondreSupprimer