Pages

vendredi 2 septembre 2016

Les quatre demeures de Brahmā





      Il y a dans le bouddhisme cette pratique méditative que l'on appelle les « quatre demeures de Brahmā » : il s'agit de l'amour illimité, de la compassion illimitée, de la joie illimitée et de l'équanimité illimitée. Ce nom fait référence au dieu de l'hindouisme Brahmā ; et on retrouve cette pratique des quatre qualités illimitées ou incommensurables dans les textes hindous, dans le Yoga Sûtra de Patañjali par exemple. On la retrouve aussi dans les textes jaïns. Le Bouddha voulait très probablement qu'on admette que les religions et les courants spirituels et philosophiques partagent une base commune, même si ils diffèrent, voire s'opposent sur certains points. Mais il y a une autre raison à ce que l'amour illimité, la compassion illimitée, la joie illimitée et l'équanimité illimitée soient appelées « quatre demeures de Brahmā » : selon la cosmologie bouddhique, le monde divin de Brahmā qui chapeaute tous les mondes ayant une existence physique est composé d'amour, de compassion, de joie et d'équanimité. Tout comme notre monde matériel sur la Terre est faite de terre, d'eau, de bois, de métal, d'air, de feu et de tous les éléments matériels ont fabriqué à partir des ressources de la nature comme le verre, la brique, le plastique, etc..., les éléments constituants de l'univers de Brahmā sont matériellement faits de cet amour, de cette compassion, de cette joie et de cette équanimité, et cela à perte de vue, au-delà de tout ce qu'on peut imaginer. On ne veut pas simplement dire que l'amour règne dans ce monde, un peu comme dans le monde des bisounours, mais que l'amour, la compassion, la joie et l'équanimité sont les briques et les atomes de ce monde. Non pas un univers clos, mais une vastitude infinie dans laquelle nous nous sentons immergés, en communion avec tous les êtres.


    Bien sûr, les sceptiques me diront que c'est là de la mythologie, un fantasme d'un paradis perdu ou à venir, un rêve psychédélique qui ne renvoie à aucune réalité tangible. Et mon propos n'est pas ici d'affirmer une quelconque révélation ou la promesse de fruits miraculeux à notre pratique de la méditation. Je ne peux pas vous promettre que si vous pratiquez toute votre vie la méditation avec assiduité, vous renaîtrez dans la prochaine vie dans ce monde de Brahmā. Je ne peux pas et je ne veux pas vous faire cette promesse. Les textes bouddhiques le disent, l'affirment, mais personnellement, je n'en ai pas fait l'expérience. C'est donc une question de foi, et le je laisse libre à chacun la capacité de déterminé ce en quoi il croit, ce en quoi il a la foi. Par contre, je vous invite à faire l'expérience philosophique et spirituelle de vous demander : qu'est-ce que cela fait de vivre et d'exister dans un monde où toutes les choses, tous les objets, tous les paysages sont fait d'amour, de compassion, de joie et d'équanimité ? Qu'est-ce qu'on ressent quand on est immergé dans ce genre de monde, complètement différent du nôtre ? Je pense que ce basculement de conception ouvre grand les portes de la conscience.



Jonathan in Bali, Statue de Brahmā, Murni's Warung, Ubud sur l'île de Bali





     Nous vivons dans un monde où tout ce que nous faisons est conditionné par la matière brute : nous vivons avec un corps fait de chair, nous ne tenons sur la terre et nous respirons de l'air, nous avons besoin de l'eau pour vivre et faire pousser les plantes, nous brûlons du bois, du charbon, de l'essence pour nous chauffer et produire de l'énergie avec laquelle nous pourrons travailler et avoir une emprise sur le monde. Si nous chutons, l'effet conjoint de la gravité et de la solidité du sol nous feront toute la brutalité de vivre en ce monde tout comme la misère, la pauvreté, la guerre, les conflits, l'épuisement des ressources. Mais qu'est-ce que cela ferait d'avoir un corps de lumière et s'épanouir dans un monde où l'amour, la compassion, la joie et l'équanimité prendrait une consistance matérielle, un monde où il n'y aurait plus de limitation et de dualité entre moi et l'autre. Rien qu'imaginer ce que cela pourrait être nous fait voir ce monde-ci dans une toute autre perspective.

     Vous vous rendez qu'il y a là un chantier cosmique et infini qui s'ouvre à vous, non pas à l'extérieur de soi-même, mais du plus profond de soi-même et qui touche le monde entier. Voilà comment le Bouddha explique (à de nombreuses reprises dans les soûtras) la manière de pratiquer la méditation des Quatre Demeures de Brahmā (ou Quatre Qualités incommensurables) :

    « Le méditant demeure faisant rayonner la pensée d'amour bienveillant dans une direction de l'espace et de même dans une deuxième, dans une troisième, dans une quatrième, au-dessus, au-dessous, au travers, partout dans sa totalité, en tout lieu de l'univers, il demeure faisant rayonner la pensée d'amour bienveillant, large, profonde, sans limite, sans haine et libérée d'inimitié.

   Le méditant demeure faisant rayonner la pensée de compassion dans une direction de l'espace et de même dans une deuxième, dans une troisième, dans une quatrième, au-dessus, au-dessous, au travers, partout dans sa totalité, en tout lieu de l'univers, il demeure faisant rayonner la pensée de compassion, large, profonde, sans limite, sans haine et libérée d'inimitié.

     Le méditant demeure faisant rayonner la pensée de joie dans une direction de l'espace et de même dans une deuxième, dans une troisième, dans une quatrième, au-dessus, au-dessous, au travers, partout dans sa totalité, en tout lieu de l'univers, il demeure faisant rayonner la pensée de joie, large, profonde, sans limite, sans haine et libérée d'inimitié.

 Le méditant demeure faisant rayonner la pensée d'équanimité dans une direction de l'espace et de même dans une deuxième, dans une troisième, dans une quatrième, au-dessus, au-dessous, au travers, partout dans sa totalité, en tout lieu de l'univers, il demeure faisant rayonner la pensée d'équanimité, large, profonde, sans limite, sans haine et libérée d'inimitié ».


   On reconnaît à chaque fois le même processus de faire rayonner l'amour bienveillant, la compassion, la joie et l'équanimité dans toutes les directions du monde. On devrait pouvoir remplir le monde entier de ces quatre qualités infinies. Bien sûr, il ne faut pas être naïf : ce n'est pas parce qu'on pratique cette méditation des Quatre Demeures de Brahmā que le monde va se transformer miraculeusement comme sous l'effet d'une baguette magique. Il y aura toujours de la haine, de la violence dans ce monde. Des gens continueront à nous détester pour de bonnes ou de mauvaises raisons (souvent de mauvaises) et chercheront à nous nuire. Ce monde est le produit des actions, des paroles et des pensées de milliards et de milliards d'êtres doués de conscience, humains ou non. Pourtant, si on persévère dans le fait de propager encore et encore l'amour, la compassion, la joie et l'équanimité et que l'on arrive la colère et la haine qui se cache en nous, alors nous serons une lueur dans ce monde, et beaucoup de lueurs changeront quelque chose dans ce monde. 















Brahmā, Cambodge, Musée Guimet, Paris















Éros, philia et agapé


   Réflexions sur les différentes formes de l'amour



Qu'est-ce que la compassion?


        On pense parfois que la compassion consiste à s'affliger soi-même de la détresse des autres, mais, dans la philosophie du Bouddha, rien de tout cela : la compassion est définie comme le souhait ardent que les autres soient libérés de la souffrance et des causes de la souffrance.



Joie 

   Qu'est-ce que la joie spirituelle prônée par le Bouddha ?



Équanimité 


    L'équanimité dans la méditation, l'apaisement des remous de la vie. Comment la pratiquer ? Comment la mettre en œuvre dans la vie de tous les jours ?




Esprit d’Éveil


     Comment produire l'esprit d’Éveil ou bodhicitta? L'esprit d’Éveil est le souhait que tous les êtres soient libérés de la souffrance et deviennent des êtres pleinement éveillés. Les enseignements du lama tibétain Dza Patrül Rimpotché (XIXème siècle). 




Empathie et altruisme

   Développer l'empathie et l'altruisme selon la philosophie bouddhiste


Compassion (Dalaï-Lama)





    Le bonheur est-il en nous ? Ou se trouve dans notre relation avec les autres ?



  
      Peut-on se libérer des chagrins d'amour ? En quoi se différencient amour conjugal et  amour bienveillant dans la philosophie du Bouddha ? 







Quadruple tête de Brahma, sculptée au Cambodge (province de Siemreap, Phnom Bok)
dans le style du Bakheng (fin IXe - début Xe siècle), Musée Guimet, Paris







Voir tous les articles et les essais du "Reflet de la lune" autour de la philosophie bouddhique ici.




Voir toutes les citations du "Reflet de la Lune" ici.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire